Ciment nouvelle génération

Des technologies moins polluantes pour un ciment nouvelle génération

 

La fabrication du ciment standard, principalement basée sur la décarbonatation du calcaire, nécessite une calcination à très haute température qui engendre d'importantes émissions de CO2.

 

Un nouveau liant, mis au point à partir de métakaolin, au sein du Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC), permet de réduire ces émissions de gaz à effet de serre de plus d'un tiers.

 

 

 Camille Magniont, en collaboration avec Gilles Escadeillas et Claire Oms-Multon, s'est inspirée pour  concevoir ce liant de recettes romaines mentionnées par Vitruve il y a deux mille ans. Les adjuvants végétaux ajoutés permettent de pallier les défauts de ces recettes antiques, et notamment d'obtenir une vitesse de prise compatible avec une utilisation en bâtiment. Le retrait au moment du durcissement est par ailleurs plus faible, ce qui a l'avantage de limiter le risque de fissures.

 

Ce liant présente également des propriétés prometteuses en tant que régulateur d'humidité de l'air intérieur. Enfin,  ses caractéristiques permettent son association avec des matières végétales. Il pourra par exemple être renforcé par des fibres de lin ou de chanvre pour formuler un composite résistant en flexion utilisé pour réaliser des enduits.