logo Insalogo Insa

Le Centre Gaston Berger inauguré

Le 17 octobre 2019, l’INSA Toulouse a inauguré son Centre Gaston Berger, véritable think and do tank du modèle INSA, qui promeut la réussite des diversités et expérimente de nouvelles humanités pour l’ingénieur.

 

En 1957, Gaston Berger, alors directeur général de l’Enseignement supérieur créait avec Jean Capelle l’INSA Lyon.

Soixante ans plus tard, le projet philosophique porté par le père français de la prospective - former des ingénieur·es humanistes et innovant·es - résonne plus que jamais au cœur du groupe INSA. Après la création de l’Institut Gaston Berger à Lyon en 2015, c’est au tour de l’INSA Toulouse d’abriter son Centre Gaston Berger.

 

Inaugurée le 17 octobre 2019, la structure assure la promotion et la coordination de la diversité au sein de l’école. Elle porte également les analyses réflexives de nos pratiques de formation et s’inscrit dans une démarche prospective. L'objectif : penser de nouvelles approches des humanités pour insérer l'ingénieur·e INSA au cœur de nos sociétés contemporaines.

 

Accroître la diversité de nos étudiant·es, valoriser les parcours atypiques, accompagner ces élèves vers la réussite nécessite de convaincre et de mobiliser l’ensemble des parties prenantes de l’école. C’est le rôle du Centre Gaston Berger qui a pour vocation à créer du lien entre les programmes déjà existants. La création du Centre est aussi l’occasion d’interroger l’efficacité de nos dispositifs autour de la diversité et d’imaginer de nouveaux programmes qui sauront transformer nos pratiques et notre accueil de ces étudiant·es.

 

Face aux transformations sociétales que nous sommes en train de vivre et que nous nous devons d’anticiper, le Centre Gaston Berger a également pour mission de fédérer les énergies pour faire évoluer notre modèle de formation.

L’exigence de nos étudiant·es, toujours plus prompts à questionner le sens de ce que nous leur proposons, est une chance. Une dynamique sur laquelle le Centre Gaston Berger doit se reposer, en la faisant dialoguer avec les recherches en sciences humaines et sociales. C’est en allant toujours plus loin dans la formation à l’esprit critique et à la prise en compte des enjeux globaux d’aujourd’hui et de demain que nos étudiant·es pourront être innovant·es et humanistes en tant qu’ingénieur·es.