logo Insalogo Insa

ICA : Stéphane ORIEUX remporte le 1er prix de la 5ème édition du Prix FIEEC

Une longue coopération avec COVAL récompensée

Par son active collaboration avec la société COVAL, Stéphane ORIEUX, ingénieur de recherche à l’Institut Clément Ader (ICA) vient de remporter le 1er prix de la 5ème édition du Prix FIEEC de la Recherche Appliquée. Son prix lui a été remis lors des Rendez-vous Carnot le 18 novembre 2015.


L’innovation technologique récompensée par le prix FIEEC concerne le pilote d’une vanne de pilotage des générateurs de vide développés par la société COVAL.

Le principe de la vanne imaginée est basé sur l'équilibre des pressions sur un piston d'obturation des éjecteurs. Grâce à un jeu de restrictions de faibles sections, on peut déséquilibrer ce piston en obturant l'une d'elles avec un électroaimant de très faible puissance. À partir de ce concept, Stéphane Orieux a développé un modèle dynamique unidimensionnel de l'électrovanne comprenant le circuit électromagnétique de l'électroaimant (pilote de la vanne) et toute la partie mécanique et pneumatique de la vanne pour son pré-dimensionnement. La fabrication par l'entreprise d'un 1er prototype et les tests effectués au laboratoire ont permis de valider le concept et le dépôt d'un brevet en 2007. Stéphane Orieux a ensuite soutenu le bureau d'étude de l'entreprise, qui avait peu d'expérience dans le domaine électromécanique, pour le développement industriel de cette nouvelle électrovanne, maintenant intégrée dans la majorité des pompes à vide COVAL.

 

Avec les mêmes objectifs de compacité et de faible consommation énergétique, il a également contribué au développement d'éjecteurs à faible pression d'alimentation ainsi que d'un détendeur en ligne très compact. Tous ces composants ont ainsi permis l'émergence d'une nouvelle gamme de mini-pompes, transformant les simples éjecteurs supersoniques en produits mécatroniques extrêmement compacts, autonomes, intégrant désormais une électronique de gestion permettant des économies d'énergie conséquentes.

 

Le partenariat a débuté dans les années 1990, avec deux thèses portant sur la modélisation d’éjecteurs supersoniques et à effet Coanda (L. Baldas, 1993, S. Orieux, 1999). Depuis, la coopération est restée très active, se traduisant par la mise en œuvre de contrats annuels de collaboration, puis à partir de 2005 d'un contrat cadre toujours actif à ce jour. Ces travaux collaboratifs ont aussi fait l'objet de nombreux projets étudiants ainsi que d'une thèse financée par la commission européenne dans le cadre des actions Marie-Curie du 7ème PCRD (V. Guerriero, 2008).

Les projets de recherche ne se sont jamais arrêtés depuis le départ de la collaboration. Aujourd’hui de nombreux sujets aux thématiques variées sont encore traités. Cette longue collaboration est fructueuse et très efficace : les deux partenaires se connaissent parfaitement et sont en mesure d’évaluer rapidement si un concept mérite d’être travaillé.

 

À propos de COVAL :

La société COVAL développe et commercialise des systèmes complets de préhension par le vide. Ces systèmes à attraction par aspiration utilisent la dépression produite par un générateur de vide dans une ventouse qui saisit et transporte des objets. Les générateurs de vide utilisés dans ce domaine sont principalement constitués par des éjecteurs supersoniques qui utilisent la détente de l'air comprimé pour créer le vide nécessaire. Ceux-ci ont l'avantage d'être économiques et extrêmement fiables puisqu'ils ne comportent aucune pièce mobile. Ces éjecteurs doivent être accompagnés de divers organes de transformation de puissance afin de constituer des générateurs de vide complets.

Jusqu'en 2004, la société COVAL réalisait ses propres éjecteurs mais tous les autres composants provenaient de fournisseurs extérieurs. Les générateurs de vide ainsi constitués étaient très encombrants, coûteux et énergivores, les composants n'étant pas forcément adaptés aux éjecteurs. Dans le but d'améliorer ces produits et de se démarquer de la concurrence, la société COVAL s'est alors tournée vers l’Institut Clément Ader pour trouver une solution de commande des éjecteurs qui respecte des contraintes fortes de compacité (pour une meilleure intégration) et de faible consommation d'énergie (pour éviter l'emploi de pré-actionneurs).


Contact : Stéphane ORIEUX, sorieux @ insa-toulouse.fr