logo Insalogo Insa

INS'ART

INS’ART : Un projet artistique et pédagogique accessible à l’ensemble de nos étudiants

 

À travers ce projet soutenu par la Fondation INSA Toulouse, l’établissement ambitionne de développer la connaissance et la pratique artistique dans la formation de l’ingénieur afin de permettre un accès facilité à l’Art pour un public non initié, de créer un lien entre les étudiants des filières artistiques et l’ensemble des élèves ingénieurs et de développer la créativité de ses étudiants. 

 

INS’ART est structuré à partir de 4 éléments :

  • Des Parcours pour la Découverte Artistique et Culturelle, en lien avec la programmation des structures partenaires* 

Il s’agit de proposer aux étudiants d’assister à un événement culturel (spectacle, concert, exposition, …) encadré par deux temps :  Celui de la préparation, en amont, lors d’une rencontre avec des artistes ou des techniciens, des conférences, l’accès à des répétitions et celui de l’échange après l’événement pour exprimer et partager le ressenti avec l’ensemble du groupe.

  • Un Art’Lab, pour créer, expérimenter en associant les arts aux technologies et aux sciences

Les étudiants pourront innover et appliquer des concepts de leur spécialité, accompagnés notamment par des artistes et des scientifiques. Le travail mené par les étudiants dans cet atelier (30h/semestre) pourra aboutir à une présentation publique.

  • Des Modules d’Ouverture (2A/3A) avec des intervenants du monde des arts, de la culture, des sciences 

Par exemple : jeux vidéo, arts numériques, design, …

  • Des Projets d’Initiation à la Recherche (4A) avec possibilité d’une continuité en stage


--------------------

*Partenaires : Théâtre du Capitole - ThéâtredelaCité- Les clefs de Saint-Pierre

 

 

Programme pour l’année universitaire 2021-2022 - Semestre 1

  • Parcours pour la Découverte Artistique et Culturelle 

 

  • Rencontres et conférences
    • Mardi 28 septembre, Hall Bib’INSA, 13h : Christophe Ghristi, directeur artistique du Théâtre du Capitole
    • Samedi 9 octobre, Théâtre du Capitole : Conférence avec Danièle Devynck à 16h30 et Carnet de danse « Toulouse-Lautrec » à 19h
    • Lundi 15 novembre, INSA salle 109, 18h45 : Présentation d’IvanOff, création de Galin Stoev
    • Jeudi 18 novembre, INSA salle 6, 13h30 : présentation de XYZ de Georges Appaix
    • Jeudi 18 novembre, Théâtre du Capitole, 18h : Conférence « Wozzeck » avec Dorian Astor

 

 

*sur inscription. Les étudiants devront être présents aux rencontres ou conférences préparatoires pour pouvoir assister aux spectacles.

 

 

  • Art’Lab

Avec la Compagnie K. Danse 

 

Le projet envisage dans sa proposition d’offrir un juste équilibre afin de rendre à la fois abordable et ludique des contenus propres à la création artistique transdisciplinaire Art-Sciences-Technologies et, d’autre part, de permettre à chaque participant de découvrir, voire d’approfondir un domaine particulier en fonction de ses axes d’intérêts.

 

  • Workshop #1 
    avec Jean-Marc Matos (Cie K. Danse) et Arnaud Courcelle (artiste numérique)

RCO : Mouvement & numérique
RCO est une performance chorégraphique participative dans laquelle le déroulé ainsi que la composition même évoluent entièrement en fonction du comportement physique du public ainsi que de leur participation par leur interaction avec leurs téléphones portables.
Le public, à désir, active des règles qu’il découvre au fur et à mesure.

Des messages-invitations sont envoyés, grâce à un réseau de téléphonie mobile local, sur les smartphones des participants.

https://www.k-danse.net/portfolio/rco/

 

Durant les ateliers de ce week-end, nous proposons de simuler ensemble la création d'un spectacle participatif et interactif, utilisant les technologies lumière-son-vidéo-web-smartphone.

Des scénarios seront écrits et testés pendant le workshop, afin d'être ensuite interprétés, en temps réel, grâce aux indications envoyées sur les smartphones des participants.

Ce sera l'occasion de discuter autour de ces technologies et de leurs implications dans la vie quotidienne.

Nous verrons également différentes manières de faire communiquer les entités physiques du monde du spectacle (image, son, lumière, machines, etc ...), afin d'envisager la construction de scenarii globaux (par exemple la construction d'un escape game).

 

 

Dates

  • Vendredi 5 novembre : 18h30, soirée de lancement avec la Fondation INSA Toulouse
  • Samedi 6 novembre : 10h/13h & 14h/17h 
  • Dimanche 7 novembre : 10h/13h

 

Lieu : Amphi Fourier

 

Public

Groupe de 12 à 15 personnes maximum

Danseuses-danseurs (toutes techniques de danse et d’expression corporelle sont les bienvenues), artistes et étudiants concernés par la thématique.
Venir avec son smartphone !

 

Renseignements et inscriptions (date limite 29 octobre)

Laurent Grégoire, insart @ insa-toulouse.fr

 

Intervenants

Arnaud Courcelle, artiste numérique, musicien.
Après des études de médecine à Toulouse, Arnaud Courcelle se consacre à l’art et son travail s’intègre dans un processus visant la performance et l’improvisation. C’est dans cette perspective qu’il réalise des interfaces numériques et élabore une réflexion autour de la création d’un langage commun entre les médiums artistiques. Il conçoit de même des logiciels pour la projection vidéo, intégrant des modules gérant l’interaction homme-machine, lui permettant de jouer des formes à travers le mouvement des danseurs et du son des musiciens. Il a ainsi participé à la scénographie de nombreux spectacles vivants avec Jean-Marc Matos (Cie K. Danse), avec Etienne Schwartz, Fred Kleinberg, Didier Labbé, Electric Geisha, Modgeist.
Il crée des installations numériques et interactives. Son travail est régulièrement exposé en France et à l’étranger, dans des festivals comme le THSF à Toulouse, DigiWorld à Montpellier, Gamerz à Aix-en-Provence, Horizons Numériques à l’abbaye d’Escaladieu, Atlanta science Festival à Atlanta, ou bien sur internet spamm.fr. Il conçoit des installations vidéo-mapping interactives présentées lors du Festival Les Machines à Liver, au Théâtre Jean Vilar, Fête de la musique à la Gare Matabiau, Toulouse. Il intervient à l’occasion de workshops sur le mapping et l’interactivité́ et donne des conférences. En 2015, il coréalise avec Philippe Boisnard une borne interactive pour une exposition sur l’Hermione ainsi que dans 12 villes aux Etats-Unis. En 2016 il créé un dispositif, </connect>, qui sert de base à ses nouvelles créations et à son axe de recherche : l’esthétique de l’interaction de masse. En 2021 il collabore avec Jean-Marc Matos (Cie K. Danse) pour le projet de cocréation Maraya Arrouh avec la Cie marocaine Col’jam, Casablanca, et le soutien du réseau des Instituts français du Maroc.

 

Jean-Marc MATOS, ingénieur INSA, chorégraphe
Né à Bogota, globe-trotter ayant vécu dans huit pays, Jean-Marc Matos vit et travaille aujourd’hui à Toulouse. Formé à l’école de la danse moderne (au Vénézuela, puis auprès de Merce Cunningham) et post moderne américaine (Lucinda Childs, David Gordon, …) à New-York, il crée des projets chorégraphiques hybrides (spectacles interactifs, performances en ligne, installations, créations in situ) et développe de multiples actions de médiation. 
Il s’intéresse aux croisements fertiles entre composition chorégraphique, mathématiques, réalité virtuelle, robotique et intelligence artificielle, afin de donner du sens à la relation corps-technologies numériques. Il a créé près de quarante-huit projets présentés en France et dans de nombreux pays à l’étranger (Europe, Amérique Centrale et du Sud, USA, Canada, Maroc, Inde, Pakistan).
Responsable artistique de K. Danse il organise son activité autour des quatre domaines : 
Création, Plateforme Art-Science-Danse, Médiation, Recherche.

 

 

  • Workshop #2
    avec Jean-Marc Matos (Cie K. Danse) et Thomas Peyruse (ingénieur roboticien)

Corps et Robotique
Le but de cet atelier est de redécouvrir notre marche. Les sciences de la robotique actuelles ont toujours du mal à comprendre ce mouvement. Faire marcher un robot reste encore un défi. Nous allons essayer de comprendre pourquoi sur "le plateau" à travers trois représentations différentes de la marche (entre autres la marche balistique pendulaire et le travail de la gestuelle de la marche par le minimalisme. Durant ces trois jours nous les découvrirons au travers d'exercices de danse, de clown, d'animation de robots ou encore de réalité virtuelle. Deux robots expérimentaux (dont le robot humanoïde Poppy) et des installations numériques nous aideront dans cette quête.

 

Dates

  • Vendredi 3 décembre : 19h/21h
  • Samedi 4 décembre : 10h/13h & 14h/17h 
  • Dimanche 5 décembre : 10h/13h

 

Lieu : Amphi Fourier

 

Public

Groupe de 12 à 20 étudiants

Danseuses-danseurs (toutes techniques de danse et d’expression corporelle sont les bienvenues), artistes et étudiants concernés par la robotique.

 

Renseignements et inscriptions (date limite 26 novembre)

Laurent Grégoire, insart @ insa-toulouse.fr

 

 

Intervenants

Thomas Peyruse, roboticien
Ingénieur en automatique-robotique de l’École Centrale de Nantes, Thomas Peyruse devient par la suite ingénieur consultant dans le contrôle automatique des satellites et des avions pendant 8 ans. Pendant ces années, il rencontre la scène comme comédien amateur avec Francis Azéma puis comme clown avec la compagnie du Bestiaire à Pampilles. C'est en voulant rapprocher les domaines de la robotique et de la scène qu'il travaille pendant 4 ans aux arts robotiques pour la danse notamment avec la compagnie Shonen. Depuis 2017, il est co-fondateur de la société KONEXinc, laquelle travaille à réduire l'empreinte écologique des bâtiments. Il continue, par ailleurs, à développer ses recherches artistiques sur les robots avec la compagnie K. Danse.

https://dds-evenement.wixsite.com/reboot/thomas-peyruse

 

Jean-Marc MATOS, ingénieur INSA, chorégraphe
Né à Bogota, globe-trotter ayant vécu dans huit pays, Jean-Marc Matos vit et travaille aujourd’hui à Toulouse. Formé à l’école de la danse moderne (au Vénézuela, puis auprès de Merce Cunningham) et post moderne américaine (Lucinda Childs, David Gordon, …) à New-York, il crée des projets chorégraphiques hybrides (spectacles interactifs, performances en ligne, installations, créations in situ) et développe de multiples actions de médiation. 
Il s’intéresse aux croisements fertiles entre composition chorégraphique, mathématiques, réalité virtuelle, robotique et intelligence artificielle, afin de donner du sens à la relation corps-technologies numériques. Il a créé près de quarante-huit projets présentés en France et dans de nombreux pays à l’étranger (Europe, Amérique Centrale et du Sud, USA, Canada, Maroc, Inde, Pakistan).
Responsable artistique de K. Danse il organise son activité autour des quatre domaines : 
Création, Plateforme Art-Science-Danse, Médiation, Recherche.